Approche de la connaissance des espèces nuisibles et envahissantes

*** le métier de moniteur guide de pêche est un partage de la connaissance nature . c’est pourquoi je pense qu’il est aussi intéressant de partager avec vous des connaissances acquises au fil de l’eau et du temps

De nombreuses espèces animales et végétales sont caractérisées d’envahissantes. Il s’agit, la plupart du temps, d’espèces exotiques introduites en France par l’homme dans le milieu naturel. Ces espèces s’adaptent alors aux nouvelles conditions de vie, prolifèrent et supplantent les espèces indigènes (d’où le nom d’envahissantes). L’espèce animale envahissante la plus emblématique est le ragondin fortement présent , qui fait l’objet de chasses afin de limiter sa prolifération. Il en est de même pour le rat musqué . Ces rongeurs peuvent creuser des galeries dans les berges, pouvant alors entraîner l’effondrement de celle-ci, ce qui les rend indésirables sur les cours d’eau. De plus, ces animaux ont pour habitudes alimentaires de se nourrir de céréales, dévastant ainsi bon nombre de cultures présentes en bords de cours d’eau

Ragondins (Myocastor coypus) 

             

Rat musqué (ondatra zibethicus)


                                                                                                

dégâts de ragondins

  

dégâts de rats musqués

                                                         

D’autres espèces animales sont considérées comme envahissantes, c’est le cas des écrevisses américaines porteuses de maladies

*Ecrevisse de Californie

Ecrevisse de Californie
   Pacifastacus leniusculus            

Ecrevisse de Louisiane  Procambarus  clarkii          
écrevisse américaine
orconecte limosus  courante

 

écrevisse américaine bleue
orconecte limosus bleue


la pattes grêles  ( turque )
Astacus leptodactylus

Supplantant et détruisant nos écrevisses autochtones

la pattes blanches
Austropotabobius pallipes
pattes rouges des fleuves
Astacus astacus

Il existe également des poissons indésirables comme le poisson chat ou encore les pseudos rasboras qui ont été introduit par l’homme plus ou moins involontairement dans les milieux naturels

Le pseudorasbora (ap com :goujon asiatique) est de la famille des cyprinidés originaire d’Asie du sud-est japon/chine Il a été introduit accidentellement en Roumanie en 1960 dans un étang ou il s’est reproduit en 1961 et a rapidement colonisé le Danube et les rivières d’Europe. Il a été signalé en France en 1978 dans les étangs des Dombes puis dans un affluent du Rhône et continue son extension dans toute la France

poisson-chat ( Ictalurus mellas)

Originaire d’Amérique du nord importé en Europe par un pisciculteur belge (18871/1885) comme une curiosité zoologique !!!Les premiers poissons chats français se seraient « enfuis » des aquariums de u musée d’histoire naturelle de paris par les égouts et de la dans la seine ! l’espèce a pratiquement colonisé le territoire français vers 1950

Perche soleil ou Crapet  (lepomis gibbosus) Poisson carnassier (larves, insectes, alevins, œufs, batraciens etc.…), originaire d’Amérique du nord et Introduit volontairement pour son aspect décoratif en 1877 et aquariophile

Invasive, »échappée des aquariums » souvent volontairement car elle est agressive et grossit rapidement,très dangereuse pour notre faune

la tortue de Floride

tortue de Floride

Il existe également des espèces végétales envahissantes .Les plus rencontrées sont :

Les Renouées de Bohème et du Japon

(reynoutria japonica)

Se retrouvent sur les axes routiers et surtot le long de nos rivières. Mode de dissémination fragment de tige ou racines, provenant d’Asie du sud-est elle a été introduite en 1825 comme plante d’ornement et fourragère (bien que non appréciée des animaux)

                                   Balsamine à petite fleurs 

 (i.parviflora)  

           Balsamine géante                                                  (i.glandulifera)                                          

La balsamine :

Souvent comparée à des orchidées de part la forme et couleurs de ces fleurs. Espèces d’impatientes en Europe la balsamine « ne me touchez pas » qui doit son nom a la capsule mure qui explose au moindre toucher en lançant à plusieurs mètres ses graines

Depuis 50 ans environ deux autres especes : la balsamine géante (i.glandifera) et balsamine à petites fleurs(i..parvifolia) plus prolifiques que sa consœur, introduite depuis l’Asie centrale ou la Sibérie en 1831 par un laboratoire biologique de Genève . Elles se rencontrent et colonisent de plus en plus dans nos paysages

La jussie

la jussie rampante (  Ludwigia peploides)

      Jussie à grandes fleurs

                              (Ludwigia grandiflora)

      la jussie rampante est originaire d’Amérique du sud. Elle a été introduite en Afrique, Amérique du Nord (Etats du Sud et du Sud-Ouest des Etats-Unis), en Australie et en Europe, principalement pour fleurir les bassins et les aquariums.
Elle s’est rapidement répandue dans plusieurs pays européens où elle a colonisé de nombreux plans d’eau et cours d’eau. En France, la Jussie rampante et la Jussie à grandes fleurs (Ludwigia grandiflora) ont été signalées comme ayant été accidentellement introduites dès 1820-1830 dans le Lez à Montpellier, puis rapidement considérées comme naturalisées dans le Gard et dans l’Hérault. De là elles ont gagné la Bretagne, le sud de la France puis remontent progressivement vers le nord et l’est. Ses populations semblent avoir explosé après une longue phase de latence, à partir des années 1970 dans le sud et des années 1990-2000 dans le nord. Elle gagne du terrain vers le nord, probablement aussi en raison du réchauffement climatique et d’hivers plus doux. 
Impacts
La Jussie rampante est considérée comme une des espèces de plante aquatique envahissante les plus problématiques à l’échelle européenne pour les cours d’eau.
À la manière des tapis de lentilles d’eau, la jussie concurrence la flore aquatique immergée en empêchant la pénétration de la lumière vers le fond et en occupant toute la niche écologique offerte par les nombreux habitats qui lui conviennent. 
Elle peut contribuer aux phénomènes de dystrophisation voire de zone morte : sa nécromasse produit en se décomposant dans une zone peu oxygénée une anoxie (déficit en oxygène) limitant ou empêchant dans cette zone la survie de la plupart des espèces animales. Elle peut aussi entraver le bon fonctionnement de systèmes d’irrigation, de drainage et d’arrosage.

Comme on peut le constater, il est important de lutter contre les espèces envahissantes (animales ou végétales) car elles entraînent une diminution de la biodiversité, peuvent perturber le libre écoulement de l’eau (herbiers de Jussies) et elles peuvent engendrer des problèmes d’ordre sanitaire (comme la Leptospirose, maladie propagée par le ragondin, des allergies très prononcées dues à l’Ambroisie etc.).Cette approche est loin d’être exhaustive car d’autres espèces existes et mettent en péril la biodiversité de nos régions.

ci joint le lien pour l arreté gouv des especes envahissantes (detention,ventes,transports des ditesespeces))

https://beta.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000036629851

*Ce travail a été fait à la suite d’un dossier insertion dans une structure associative: Ecole de Pêche de la petite Creuse, avec des techniciens de rivière et guides de pêche sur des recherches terrains ,sur le net et différents ouvrages

Merci à l équipe de la petite creuse et particulièrement Julien Lemesle et Lancelot Chevalier pour leur aide et partage de cette passion qui nous anime…

ECOLE DE PECHE DE LA PETITE CREUSE - Betete
http://www.ecolepeche-petitecreuse.fr/lecole-de-peche-de-la-petite-creuse-peche-en-limousin/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :